Madame Langlaude

Chana Orloff

1888 Ukraine-1968 Tel Aviv

Après une formation classique à l'Ecole Nationale des Arts Décoratifs, Chana Orloff découvre la sculpture à l'Académie Russe à Montparnasse. C'est alors qu'elle se lie avec Soutine, Modigliani, Pascin, Zadkine...

Dés 1913, elle participe au Salon d'Automne, puis au Salon des Tuilerie et aux Indépendants.

Elle est alors la portraitiste attitrée de l'élite parisienne, genre ou elle excelle en subtilité.

Chana travaille pierre, marbre, bois, bronze, et développe les thèmes qu'elle reprendra toute sa vie : maternité, femmes, enfants ... ainsi que l'art animalier auquel elle confère un sens symbolique.

En 1928, une exposition aux Etats-Unis reçoit une critique élogieuse.

En 1937, une salle lui est réservée au Petit Palais à Paris.

La guerre interrompt son travail et elle doit se réfugier à Genève, De retour à Paris, Chana Orloff abandonne la forme lisse pour un modelé plus inquiet avec des thèmes intimistes comme celui de la femme assise.

Vient alors la période des grandes rétrospectives et la consécration définitive de Chana Orloff en Europe aux Etats-Unis et en Israël où en plus de nombreuses expositions, elle reçoit la commande de plusieurs monuments.

En 1968, elle prépare une grande exposition au musée de Tel Aviv. C'est là qu'elle s'éteint et où elle repose.

L'atelier, conçu par Auguste Perret pour Chana Orloff en 1925 est conservé par la famille et on peut y voir une centaine d'œuvres.